Accueil | Compositeurs | Œuvres | Bibliographie | Liens | Contact | Rechercher

Piano solo

Ekhiez pour piano (main gauche) (1988)

Ilargi Uneak pour piano (1996)

Seaska Kanta Berceuse pour piano (1998)

Suziri pour piano (1999)

Laugarren Bakarrizketa (Quatrième Monologue) pour piano (2000)

Zortziko pour piano (2000)

Gentle Sway pour piano (2002)

Zintzilik pour piano à quatre mains (2005)

Presencia in memoriam Joaquim Homs, pour piano (2005)

Bras dessus bras dessous pour piano à six mains (2008)

Petrikhor pour piano (2017)

Musique de chambre avec piano(s)

Bihurketak pour violon, violoncelle et piano (1991)

Hatsik-1 pour petite clarinette, trombone, violoncelle et piano (2001)

Nahasmahasi pour flûte, saxophone alto, guitare, piano et percussion (2002)

Laiotz pour 2 pianos et 2 percussions (2003)

Hatsik-3 pour violon, clarinette, saxophone alto et piano (2004)

Wintersonnenwende-2 pour violoncelle et piano (2007)

Errobi-1 pour flûte et piano (2008)

Errobi-2 pour flûte basse, clarinette basse et piano (2008)

Wintersonnenwende-3 pour violon, violoncelle, piano et percussion (2009)

Wintersonnenwende-4 pour violon et piano (2009)

6 à 12 instruments

Aurresku pour quatuor de saxophones, piano et 2 percussions (2000)

Piano(s) et orchestre

Hitzaurre Bi pour piano et orchestre (1993)

Années 1980

Ekhiez pour piano (main gauche) (1988)

Années 1990

Bihurketak pour violon, violoncelle et piano (1991)

Hitzaurre Bi pour piano et orchestre (1993)

Ilargi Uneak pour piano (1996)

Seaska Kanta Berceuse pour piano (1998)

Suziri pour piano (1999)

Années 2000

Laugarren Bakarrizketa (Quatrième Monologue) pour piano (2000)

Zortziko pour piano (2000)

Aurresku pour quatuor de saxophones, piano et 2 percussions (2000)

Hatsik-1 pour petite clarinette, trombone, violoncelle et piano (2001)

Gentle Sway pour piano (2002)

Nahasmahasi pour flûte, saxophone alto, guitare, piano et percussion (2002)

Laiotz pour 2 pianos et 2 percussions (2003)

Hatsik-3 pour violon, clarinette, saxophone alto et piano (2004)

Zintzilik pour piano à quatre mains (2005)

Presencia in memoriam Joaquim Homs, pour piano (2005)

Wintersonnenwende-2 pour violoncelle et piano (2007)

Bras dessus bras dessous pour piano à six mains (2008)

Errobi-1 pour flûte et piano (2008)

Errobi-2 pour flûte basse, clarinette basse et piano (2008)

Wintersonnenwende-3 pour violon, violoncelle, piano et percussion (2009)

Wintersonnenwende-4 pour violon et piano (2009)

Années 2010

Petrikhor pour piano (2017)

Moins de 5 minutes

Bras dessus bras dessous pour piano à six mains (2008)

Seaska Kanta Berceuse pour piano (1998)

Aurresku pour quatuor de saxophones, piano et 2 percussions (2000)

Zortziko pour piano (2000)

Gentle Sway pour piano (2002)

Zintzilik pour piano à quatre mains (2005)

Ekhiez pour piano (main gauche) (1988)

Presencia in memoriam Joaquim Homs, pour piano (2005)

5 à 10 minutes

Hatsik-1 pour petite clarinette, trombone, violoncelle et piano (2001)

Hatsik-3 pour violon, clarinette, saxophone alto et piano (2004)

Wintersonnenwende-3 pour violon, violoncelle, piano et percussion (2009)

Wintersonnenwende-4 pour violon et piano (2009)

Ilargi Uneak pour piano (1996)

Bihurketak pour violon, violoncelle et piano (1991)

10 à 20 minutes

Laiotz pour 2 pianos et 2 percussions (2003)

Errobi-1 pour flûte et piano (2008)

Errobi-2 pour flûte basse, clarinette basse et piano (2008)

Laugarren Bakarrizketa (Quatrième Monologue) pour piano (2000)

Nahasmahasi pour flûte, saxophone alto, guitare, piano et percussion (2002)

Wintersonnenwende-2 pour violoncelle et piano (2007)

Petrikhor pour piano (2017)

Hitzaurre Bi pour piano et orchestre (1993)

Catalogue
Effectif
Année
Durée
Catalogue
Crédits : © Marco Giugliarelli for Civitella Ranieri Foundation, 2018

Ramon Lazkano

1968-
France, originaire d'Espagne

Site du compositeur

Biographie

"Ramon Lazkano étudie le piano et la composition avec Francisco Escudero au Conservatoire supérieur de Saint-Sébastien, au Pays basque espagnol. Il intègre ensuite le Conservatoire national supérieur de musique de Paris, suit les classes de Gérard Grisey en orchestration et d’Alain Bancquart en composition de 1987 à 1993 et obtient un premier prix de composition. De 1989 à 1991, il étudie l’informatique musicale à l’Ircam et en 1992 complète sa formation en composition et analyse auprès de Gilles Tremblay au Conservatoire de Montréal. De retour à Paris, il suit des cours de direction avec Jean-Sébastien Béreau et Arturo Tamayo puis obtient le Diplôme d’études approfondies en musique et musicologie du XXe siècle à l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

En 1998, Ramon Lazkano est résident du Jeune orchestre national d’Espagne et, l’année suivante, du Conservatoire national de région de Strasbourg aux côtés de Luis De Pablo.

Ses deux séjours à Rome, d’abord de 1994 à 1995 à l’Académie espagnole d’Histoire, d’Archéologie et des Beaux-Arts, puis à l’Académie de France-Villa Médicis de 2001 à 2002, sont l’occasion d’une réflexion sur la composition contemporaine, réflexion qui explore particulièrement les domaines de l’intertextualité, de la saturation, du silence et de la perception. De là naîtront notamment Ilunkor, Lur-Itzalak et Ortzi Isilak.

Entre 2001 et 2011, Ramon Lazkano travaille à son Igeltsoen Laborategia (Le Laboratoire des Craies), une large collection de pièces de musique de chambre composée de plusieurs cycles, qui prend comme référence le « laboratoire expérimental » du sculpteur Jorge Oteiza et en particulier le concept de craie en tant que matériau d’inscription, d’érosion et de mémoire liée à l’enfance.

/.../" Source (Brahms/IRCAM)

Ramon Lazkano et le piano

"Je me rappelle le regard mi-incrédule, mi-admiratif que je portais, enfant, sur ces partitions pour piano de Bartók, de Debussy ou de Chopin que j'étais alors incapable de jouer. Je laissais mon imagination planer tandis que mes yeux n'avaient de cesse de parcourir les signes sur les pages, cherchant dans ces musiques à saisir la particularité que je ressentais si vivement. Je croyais y voir une spécificité dans le traitement de l'instrument que je ne percevais pas dans les partitions d'autres grands créateurs dont la musique me frappait d'une manière bien différente.

Bien plus tard, lorsque ma passion musicale devint moins intuitive et la sensualité du toucher mieux maîtrisée, je finis par comprendre le génie instrumental de ce Chopin qui hantait mon adolescence : cette véritable symbiose entre la matière et l'outil; cette intime appréhension du piano qui se révèle dans l'équilibre parfait entre le sens du contenu musical et la forme de l'écriture instrumentale; cette sensualité idéale qui permet à chaque doigt, en jouant sa musique, de percevoir ce qui en fait l'originalité harmonique; le souci de la variation et la richesse de l'imaginaire, toujours présents, toujours surprenants.

Une fois acquis le niveau d'agilité suffisant pour satisfaire ma boulimie de lecture et malgrè quelques exercices créatifs, ravéliens presque, l'amour que je porte pour mon instrument m'a fait progressivement m'éloigner d'une quelconque tentative de composition pour piano. Je craignais, sensible comme j'étais à l'appropriation de la musique au-delà du défi physique, que mon imagination de créateur ne fût trop soumise à mon goût d'interprète et, par conséquent, je me voyais sans force pour échapper dans l'écriture à certains automatismes.

Cette angoisse a fini par s'estomper avec l'utilisation du piano dans l'orchestre : est-ce une façon de fuir les contraintes qu'impose nécessairement une pensée rigoureusement polyphonique limitée à l'usage des dix doigts ? Quoi qu'il en soit, l'intégration du piano dans l'orchestre m'a semblé une échappatoire dans la mesure où je pouvais utiliser l'instrument pour ses qualités de timbre, sans être ni soumis, ni contraint au problème de la "gymnastique" pianistique. L'aboutissement de cette idée fut la composition d'un concerto où le piano se trouve totalement intégré à la texture orchestrale. Les parties cadenciales ont été conçues comme de vastes champs résonnants et proviennent sans doute, bien qu'étant d'une esthétique éloignée, de cette constellation boulézienne que j'aime tant. Ailleurs, j'ai renoncé aux deux mains du pianiste : écrire la partie du piano sur une seule portée peut se révéler une expérience saisissante en ce qui a trait à l'épuration du matériau et peut permettre, en même temps, d'éviter un périlleux manque d'intégration - le piano ayant, de par sa forte personnalité, tendance à écraser ses voisins (Beethoven l'avait remarqué!).

Cette immense masse résonnante d'une excessive richesse (tessiture, registres, jeux sur le timbre, dynamique, innovations instrumentales, ...) nous laisse encore aujourd'hui rêver à une musique aux mélodies, aux harmonies et aux timbres à la fois nouveaux et changeants, ainsi qu'à des possibilités polyrythmiques et formelles qui restent à exploiter.

A une époque où l'on a tout fait faire au piano et au pianiste (jusqu'à exiger de lui qu'il cassât son instrument à coups de hache), je suppose que pour certains compositeurs, la récupération d'une gestuelle plus traditionnelle peut nourrir (et assouvir) la recherche instrumentale, de la même manière que pour d'autres, les nouvelles technologies appliquées à l'instrument peuvent fournir les solutions idoines à leurs travaux. Assurément, lorsqu'un créateur a la force et la capacité de transformer avec originalité le contenu de sa musique afin de parvenir à ses propres besoins expressifs, il ne peut qu'être voué aux applications instrumentales adéquates, et ceci, même pour un instrument au traitement aussi difficile et délicat que le piano."

Ramon Lazkano, juin 1998

Instrument(s) étudié(s) : piano

Partitions (Wise Music)
Partition (Sretta Music)
Partition / Lecture (Maison ONA)
CD (Kairos)
Ecouter (YouTube)
Critique (ResMusica)

Page actualisée le 07/09/2022

© Hélène Uhry / Cara Arndt 2015
Administration | Signaler un problème | Mentions légales

Mentions légales

Responsable du contenu : Mme Hélène Uhry

Développeuse du site : Cara Arndt

Les différents éléments composant le contenu de ce site (textes, photos) appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
Ils nous ont été fournis par ceux-ci, sont dans le domaine public ou leur license nous autorise à leur utilisation.
Toutefois, s'il y avait une erreur, n'hésitez pas à nous la signaler via le lien "Signaler un problème" disponible au bas de chaque page et nous ferons notre possible pour la rectifier dans les meilleurs délais.